Nos terroirs

La vigne se complaît dans les sols pauvres, parfois même arides. On évite de la planter dans les terres grasses et humides qui conviennent aux céréales ou à la betterave. Très développé, le système racinaire de la plante peut plonger jusqu’à une dizaine de mètres à la recherche de l’eau, les racines se chargeant au passage des oligo-éléments contenus dans le sous-sol. Les terroirs favorables sont multiples, variables selon les cépages. Les meilleurs sont ceux qui permettent de pallier les aléas climatiques en permettant un bon drainage et une alimentation en eau régulière de la vigne.

Types de sols :

Argilo-calcaires pour des vins frais – Une terre un peu grasse, constellée de pierres blanches plus ou moins dures. Un rêve de vigneron que ces sols équilibrés mêlant l’argile et sa fraîcheur aux propriétés filtrantes des pierres calcaires. Des sols qui conviennent parfaitement au merlot, cultivé en Bordelais sur la rive droite de la Dordogne (Saint-Émilion, Fronsac, Côtes de Castillon…), ainsi qu’au tempranillo, cultivé dans la Rioja, en Espagne. Dans le verre… Les vins sont ronds sans être gras, fins, et gardent un fruit intact.

C’est le terroir de nos vignerons : Sylvain Liotard Domaine des 13 Lunes, Florence et Olivier Leriche Les Accoles, Clément Baraut, Anne-Laure & Julien Gieules Les Clos des Pères, Dominique Terrier Dom & Terre, Domaine Bourdy, Domaine Philippe Garrey, Château de Lavernette, Christophe Lindenlaub, Domaine du Château de Messey, Domaine Saint-Germain, Jean-Christophe Pellerin, Domaine Rossignol-Février.

Argilo-graveleux pour Merlot et Cabernet Franc – De l’argile encore, donc des terres brunâtres et un peu lourdes. Les sols graveleux, d’origine alluviale, peuvent dissimuler des couches profondes d’argiles plus ou moins pures. Le merlot et le cabernet franc se développent parfaitement dans ces terrains que l’on retrouve principalement à Pomerol. Dans le verre… Les vins développent une certaine puissance sans rien perdre en élégance.

Calcaire et marnes pour la paradis du Chardonnay et du Pinot Noir : La terre est ocre, parsemée de pierres blanches souvent friables. Un terroir tout en légèreté, les marnes n’étant rien d’autre que l’association de calcaire et d’argile. Les cépages les plus subtils y livrent le meilleur d’eux-mêmes. Vous y retrouverez donc le pinot et le chardonnay bourguignons. Dans le verre… L’argile des marnes est là pour le corps, le calcaire pour la finesse.

C’est le terroir de nos vignerons : Champagne Augustin.

Sols crayeux pour la finesse – Une terre presque blanche avec, affleurant parfois, de l’argile brune. Extrêmement poreuse, filtrante, la craie laisse filer l’eau avant de la retenir dans des couches plus profondes pour la restituer à la vigne. Ces sols maigres en apparence se révèlent donc plus riches et plus équilibrés qu’on ne l’imagine. Le chardonnay en Champagne et le chenin dans la Loire y trouvent leur élément. Dans le verre… Des vins d’une grande finesse qui expriment le fruité propre à chacun des cépages.

Terroirs granitiques pour le côté minéral – Des sols peu profonds, sablonneux, issus de la décomposition du socle cristallin. Ces arènes granitiques se rencontre au nord du Morvan, dans le Beaujolais et au nord de la vallée du Rhône. Dans les crus du Beaujolais, le gamay s’y exprime avec distinction. Dans la vallée du Rhône septentrionale, la syrah (hermitage, saint-joseph, cornas…) et le viognier (condrieu) s’associent au granite. L’Alsace possède également des terroirs granitiques de qualité classés en grand cru (Schlossberg, Brand, Eichberg…). Dans le verre… les vins sont expressifs, fins, élégants, volontiers minéraux.

Les terroirs de nos vignerons : Michel Guignier Les Améthystes.

Terroirs de graves idéal pour le Cabernet Sauvignon – Ils s’étendent de la rive gauche de la Garonne jusqu’à l’océan Atlantique, et sont à l’origine des crus les plus prestigieux du Médoc ou des Graves. Ces galets apportés par la Garonne et la Dordogne, mêlés à des sables et des argiles, forment des sols chauds qui permettent au cabernet-sauvignon d’atteindre la maturité. Dans le verre… Fermes dans leur jeunesse, les vins évoluent au cours de longues années vers une finesse somptueuse.

Galets roulés pour un Grenache expressif – Des pierres oblongues, énormes, lisses, polies par les eaux du Rhône, dans la partie méridionale de la vallée, notamment à Châteauneuf-du- Pape. C’est à se demander comment la vigne peut subsister dans un décor quasi lunaire. Ici, pourtant, le grenache trouve une superbe expression, chauffé par le soleil… même durant la nuit car les cailloux réverbèrent la chaleur ! Dans le verre… Les vins sont puissants, voire chaleureux.

Terroirs schisteux pour les vins de personnalité – Des roches feuilletées, plus ou moins sombres et brillantes, sédimentaires ou métamorphiques (micaschistes). Plantée sur ces derniers, la syrah engendre les grands côte-rôtie de la vallée septentrionale du Rhône. Dans le Languedoc-Roussillon, des cépages méridionaux, comme le grenache ou le carignan, se plaisent sur les schistes autour de Faugères, de Banyuls et de Maury. Ce sont encore des schistes qui donnent les vins liquoreux d’Anjou à base de chenin comme les coteaux-du-layon, les grands rieslings allemands de Moselle ou les portos de la vallée du Douro. Dans le verre… Autant de cépages, autant de vins différents, mais toujours de caractère.

Les terroirs de nos vignerons : Philippe & Catherine Delesvaux Vignerons, Pierre-André & Anne Deplaude Les Deplaude de Tartaras, Séverin Barioz Face B.

Caviste Vin bio et Nature à Lons le Saunier